mercredi 11 mai 2016

Sur ma peau, Gillian Flynn


Sur ma peau

Quatrième de couverture : La ville de Wind Gap dans le Missouri est sous le choc : une petite fille a disparu. Déjà, l'été dernier, une enfant avait été sauvagement assassinée...
Une jeune journaliste, Camille Preak, se rend sur place pour couvrir l'affaire. Elle-même a grandi à Wind Gap. Mais pour Camille, retourner à Wind Gap, c'est réveiller de douloureux souvenirs.
A l'adolescence, incapable de supporter la folie de sa mère, Camille a gravé sur sa peau les souffrances qu'elle n'a pu exprimer. Son corps n'est qu'un entrelacs de cicatrices...
On retrouve bientôt le cadavre de la fillette. Très vite, Camille comprend qu'elle doit puiser en elle la force d'affronter la tragédie de son enfance si elle veut découvrir la vérité...

Mon avis : Si vous avez aimé le best-seller, les Apparences, vous aimerez également le premier roman de son auteur, Sur ma peau. Avec une écriture simple, elle arrive à nous faire ressentir une tension extrême. Comme elle l'utilisera également dans son second roman, le fond de commerce de Gillian Flynn, c'est une violence dans la description de personnages tourmentés et d'une Amérique profonde à la dérive. Il s'agit d'un drame familial mais la violence réside dans les mots, dans la dureté des images. Il n'y a jamais de voyeurisme. Tout est parfaitement à sa place, on ne sombre pas non plus dans le sentimentalisme amoureux de l'héroïne avec l'inspecteur chargé de l'enquête, malgré l'écueil du polar féminin. Dès la première page, on reste suspendu à l'intrigue et on ne lâche plus le roman. Même si je vous avoue que les mystères se devinent assez facilement. Il faut dire que la réussite du récit tient plus de la description de la psychologie des personnages que de l'enquête en elle-même. La ville de Wind Gap pourrait facilement être jumelée avec la ville fictive de Twin Peaks, car on y retrouve cette même sensation de malaise. Les petits secrets et le repli sur soi rongent les habitants dont la noirceur d’âme semble contagieuse. Peut-on réellement échapper à son passé? Peut-on aller de l’avant sans prendre le soin de refermer ses plaies ? (au sens propre comme au sens figuré) Doit-on ressasser le passé ou faut-il tourner la page ? Autant de questions auxquelles Camille sera confrontée lors de son douloureux retour aux sources.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Veuillez rester poli et courtois