vendredi 23 mars 2018

La disparition de Josef Mengele, Olivier Guez

La disparition de Josef Mengele  par Guez Résumé : Josef Mengele est souvent considéré comme l'un des pires criminels nazis, « le symbole de la cruauté nazie », pour le président du tribunal de Yad Vashem, le procureur général du procès d'Eichmann. Un tortionnaire de la pire espèce qui, comme Klaus Barbie et beaucoup d'autres, a bénéficié d'aides et de complicités pour se cacher en Amérique latine. A commencer par celle de l'argentin Peron, favorable aux nazis, qui rêvait pour son pays d'une destinée exceptionnelle, quand les Soviétiques et les Américains se seraient anéantis à coups de bombes atomiques.
Mengele a aussi été soutenu financièrement par sa famille, des riches industriels de Günzburg en Bavière qui ne souhaitaient pas qu'il soit arrêté parce qu'ils risquaient d'être associés à lui. Mais après une période relativement sereine, Mengele a vécu constamment sur le qui vive, dans la peur d'être pris et jugé, et probablement exécuté comme Eichmann qu'il a croisé dans son exil.

Quatrième de couverture : 1949: Josef Mengele arrive en Argentine.
Caché derrière divers pseudonymes, l’ancien médecin tortionnaire à Auschwitz croit pouvoir s’inventer une nouvelle vie à Buenos Aires. L’Argentine de Perón est bienveillante, le monde entier veut oublier les crimes nazis. Mais la traque reprend et le médecin SS doit s’enfuir au Paraguay puis au Brésil. Son errance de planque en planque, déguisé et rongé par l’angoisse, ne connaîtra plus de répit... jusqu’à sa mort mystérieuse sur une plage en 1979.
Comment le médecin SS a-t-il pu passer entre les mailles du filet, trente ans durant?
La Disparition de Josef Mengele est une plongée inouïe au coeur des ténèbres. Anciens nazis, agents du Mossad, femmes cupides et dictateurs d’opérette évoluent dans un monde corrompu par le fanatisme, la realpolitik, l’argent et l’ambition. Voici l’odyssée dantesque de Josef Mengele en Amérique du Sud. Le roman-vrai de sa cavale après-guerre.

Mon avis : J'ai eu beaucoup de mal à me concentrer sur cette lecture. Les phrases, les pages et les chapitres se succèdent mais on ne comprend pas vraiment la cohérence de l'ensemble et le but de l'auteur. Peut-être cela tient-il à mon état d'esprit personnel car habituellement c'est un type d'ouvrage qui m'intéresse énormément. Néanmoins, dans ce récit, il n'y a pas grand intérêt à explorer le point de vue nazi et à interpréter la fuite de Josef Mengele à travers l'Amérique du Sud. L'auteur est bien documenté mais de là à relater la peur qu'a pu ressentir son personnage principal... Il ne s'agit que d'un roman historique pour ma part et la différence avec l'enquête journalistique est de taille.

Pour aller plus loin : Pourquoi s'acharner sur les criminels nazis après tant d'années ? Qu'est-ce que cela peut apporter ? La justice ? La paix pour les survivants et autres familles de victimes ? Pour aller plus loin dans cette réflexion, je vous invite à lire ou à relire les Mémoires des Klarsfeld qui reviennent sur quarante-cinq années de militantisme, poursuivant par ce geste leur combat pour la mémoire des victimes de la Shoah. Leur témoignage est précieux pour nous aider à mieux comprendre l'état d'esprit des années 1960 et l'importance du devoir de mémoire.

Je reviens après une longue absence dont vous n'avez pas eu conscience évidemment ^ ^ J'ai accouché beaucoup plus tôt que prévu. Heureusement que j'avais planifié des articles depuis plusieurs mois pour trouver le temps de prendre un nouveau rythme. Vous vous doutez que l'arrivée de bébé n'est pas de tout repos et que cela modifie quelque peu mon emploi du temps. Néanmoins, j'ai décidé de continuer à planifier des articles à l'avance pour ne jamais être prise au dépourvu. Aussi, je m'excuse si tous les sujets ne sont pas forcément d'actualité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Veuillez rester poli et courtois